22 | 01 | 2017
Menu principal
Formulaires résas

VR16 en Espagne : Opération Search & desthrone !

155189_386271584779244_466572501_n

L'un des évènements majeurs de ce mois de septembre pour les compétiteurs de Vol relatif est sans nul doute la compétition de VR (Vol relatif) à 16 qui se déroule tous les ans depuis 2009 à Skydive Empuria en Espagne : le 16 way Trophy. Pas moins de 8 équipes internationales étaient présentes du 22 au 25 septembre pour ce 16way Trophy 2012. Parmi ces 8 équipes, deux d'entre elles allaient se livrer une lutte sans merci; l'une pour conserver un titre tenu depuis toujours, l'autre pour le lui arracher des mains ... Récit de l'opération "Search & desthrone" !

16way trophy

Le 16way Trophy est une compétition de Vol relatif à 16 organisée depuis 2009 par le célèbre centre de parachutisme espagnol, Skydive Empuria, et qui connait un succès de plus en plus important dans le milieu des compétiteurs de Vol relatif. Le VR 16 est l'une des disciplines "officielles" de Vol relatif après le VR4 et VR8 qui sont les seules disciplines représentées aux championnats du monde. Le VR16 est pratiqué par bon nombre de personnes à travers le monde mais n'a pas de reconnaissance en terme de compétition officielle internationale comme le sont ses petites soeurs (VR4 et VR8). Et pourtant, quelques pays organisent de manière assidue des compétitions de VR16 comme par exemple en Allemagne où une douzaine d'équipes se donnent rendez-vous chaque année (mais aussi pour boire pas mal de bière !), ou encore aux USA lors des championnats nationaux pendant lesquels l'USPA ouvre une épreuve officielle afin de délivrer un titre de championne nationale à l'équipe vainqueur de l'épreuve. Le 16way Trophy s'inscrit dans cette dynamique sans toutefois prendre le titre d'épreuve officielle. C'est une compétition conviviale qui donne l'occasion aux compétiteurs et relativeurs de loisir de se mesurer entre eux après la saison des compétitions de VR4 et 8 et avant que l'automne n'arrive.

Et c'est un anglais du nom de Ian "Milko" Hodgkinson qui a pris l'habitude d'afficher le nom de son équipe, "Sore point" (littéralement : point de douleur) sur le trophée ... La compétition a été instaurée en 2009 et Sore point demeure l'équipe invaincue depuis lors. Le 16way Trophy a commencé de manière assez confidentielle, n'attirant tout d'abord que quelques équipes. La concurence n'était pas très acharnée entre les équipes. Et d'année en année, le 16way Trophy a commencé à attirer de plus en plus d'équipes dont certaines viennent de loin. Le niveau est monté en même temps que le nombre sans cesse croissant d'équipes. C'est désormais 8 équipes qui se donnent rendez-vous chaque année sur le célèbre centre espagnol fin septembre. 8 est d'ailleurs pour le moment le maximum que puisse accueillir la Drop zone en ce moment afin de permettre à la compétition de se dérouler efficacement. Sans ce numerus closus, c'est environ une dizaine d'équipes qui se présenteraient désormais chaque année. Certaines viennent de loin. Cette année, une équipe répondant au doux nom de "Mafia latina" réunissait des parachutistes venus du Pérou, du Paraguay, du brésil et du Méxique ! Une autre équipe arrivait directement du Texas. L'an passée, une équipe Sud africaine avait fait le déplacement.

222733_6819342167_2598_n"Milko"

Milko ayant pris la facheuse habitude de gagner avec son équipe "Sore point" chaque année, nous ne pouvions que constater cette égémonie depuis la naissance de l'évènement en 2009. Après avoir accompli nos devoirs de compétiteur en 2009 et 2010 au sein de l'équipe de France de Vol relatif à 8, c'est tout naturellement que Damien et moi même nous tournâmes vers ce nouveau challenge qui était aussi une demande de la part de personnes du Team Véloce, groupe de relativeurs mis en place en 2011 avec lequel nous sautons lors d'évènements que nous organisons au cours de l'année. En 2011, pour notre première participation au 16way Trophy, nous réunissions une équipe de bon niveau mais pas suffisamment pour retirer la médaille d'or à Milko. Notre équipe 2011 répondait au doux nom de "Search & destroy". C'est mon côté "Force spéciale" et mon goût prononcé pour l'art de la guerre qui me dicta ce nom emprunté à l'une des stratégies américaine au Vietnam. Forts de cette première équipe à 16, nous pûment, en 2011, décrocher la médaille d'argent qui, compte tenu du niveau des autres équipes poursuivantes et de celui de l'équipe de Milko, s'apparentait à une médaille d'or ! En effet, Sore point, l'équipe de Milko, était essentiellement constituée de compétiteurs de haut niveau, ce qui lui donnait un caractère intouchable. Leur compétition n'était en fait qu'une promenade de santé, ou ce que l'on appelle dans le monde de Mars une "promenade militaire". Nous ressortions de cette première expérience de compétition de VR16 comme la meilleure équipe ... après celle de Milko !

Les deux adversaires

parachutisme--16-wayTrophy2010ByMikeGorman (29)Milko reçevant le Trophée en 2009 pour ne plus le lâcher !

Allions nous laisser Sore point se pavaner impunément tous les ans en tête de classement ? Foi de "Maréchal Berthier", cela ne se peut ! Il fallait mettre un terme à cette égémonie, pour l'honneur de la nation Fleurdelyssée et au combien souveraine dans l'art du Vol relatif (cf les championnats du monde 2010)!

401488_386271404779262_1867690740_nSearch & desthrone avant un saut ... avant l'assaut !

Il nous fallait pour cela nous battre à armes égales avec l'outrecuidant "godon" (nom donné aux anglais au moyen âge) qui combattait à l'aide de sa Garde Royale d'élite (lui même étant d'ailleurs un membre du haut niveau anglais en Vol relatif). Il nous fallait donc lever un bataillon d'élite près à répondre coup par coup aux assauts de l'anglois qui ne se laisserait certainement pas détrôner par des mangeurs de grenouille impétueux ! Damien et moi sélectionnâmes une équipe pouvant égaler le niveau de l'équipe Sore point. C'était le but de l'opération. Il aurait été facile d'appeler à la Garde et rallier nos anciens coéquipiers de l'équipe de France. Mais cela était impossible d'une part du fait de leur manque de disponibilité du à l'approche des prochains championnats du monde, et d'autre part du fait de l'esprit sportif qui nous dictait de nous mesurer à armes égales. Il est vrai que si l'on réunissait la fine fleur du Vol relatif français, la compétition à 16 prendrait des allures de "promenade militaire" mais du côté français cette fois ci ... Mais "à vaincre sans péril l'on triomphe sans gloire" me disait toujours mon père !

Empuria ... le champ de bataille !

Et c'est autour de notre équipe 2012 "Véloce-Bonjour blue sky" constituée à l'occasion de notre Tunnel camp annuel à Paraclete, que nous construisîmes notre équipe, renforcée par les membres de l'équipe de VR4 Nolimits et quelques "pointures" du parachutisme français comme Pierre Auvray et Yves Négrier, tous deux membres du VR8 France des années 90, ainsi qu'Amélie Tirman du VR4 France féminin, Jo Hawley de l'équipe nationale à 8 Brit chicks et Stéphane Mattoni de l'équipe nationale de Monaco (Monaco Rebootizer), le tout filmé par Alexandre Fajol, un vidéoman hors pair. Parmi le noyau dur de notre team, à savoir "Véloce-Bonjour blue sky" figurent 3 parachutistes de nationalité Belge, Johan Van eeckout, Philippe Piqueray et Benoit Minjauw qui ont une grande expérience (deux ont fait partie de l'équipe nationale Belge à 8) ainsi que deux jeunes parachutistes issus du collectif Espoir de Vol relatif, Mano Balageas et Christine Malnis accompagnés de leur coéquipier Nicolas David. Bref ! Nous avions réuni un joli petit groupe de "Forces spéciales" hétéroclite et légèrement international en théorie capable d'offrir une contre mesure adéquate à opposer au parti anglais qui lui même était renforcé de quelques mercenaires espagnols.

Ca promettait une belle bagarre entre nos deux équipes. Car il faut savoir que cette année, Milko avait eu vent de notre petit projet de "renversement de souveraineté" et ainsi renforcé son commando afin de parer à notre attaque dont il se méfiait, connaissant le talent potentiel de troupes françaises en général, notoriété reconnue à travers le monde dans le milieu du Vol relatif notamment.

Il nous fallait trouver un nom d'équipe qui soit évocateur comme peut l'être le nom d'une opération militaire qui n'a rien à cacher comme par exemple "Desert storm" ! Comme nous savions que nous étions attendus, j'eu l'idée de transformer notre ancien nom d'équipe, "Search & destroy" en "Search & desthrone" en jouant sur le jeu de mot qui s'entend pour ceux qui parlent l'anglais. Pour ceux qui ne connaissent pas l'anglais, le "Rechercher et détruire" se transforma en "Rechercher et détrôner" ! Le message était suffisamment clair je pense ... Le ton était donné pour 2012 !

Notre team Search & desthrone au complet au sol

La bataille commence

La compétition se déroule habituellement sur deux jours. La majeure partie des équipes se retrouve sur les lieux en avance et profite des deux jours précédant la compétition pour aiguiser leurs armes et se mettre au point sur leurs techniques de sortie d'avion et réviser le programme de VR16 constitué, tout comme celui du VR4 et VR8, de blocs et figures libres. Pour diverses raisons nous n'avions pu réunir notre équipe "Search & desthrone" au complet avant le départ de la compétition, si bien que nous avons commencé la rencontre "à sec" ... Il était à prévoir que le démarrage de notre compétition allait être un peu "houleux" et désordonné ... Notre première manche ne fut pas loin d'être catastrophique !

Search & desthrone en action en chute libre

Afin de gagner un maximum de temps en sortie d'avion, nous avions misé sur une stratégie de sortie semi "accrochée" c'est à dire en faisant partir un noyau de 8 parachutistes accrochés ensemble auquel s'agglutinaient des "super flotteurs" qui sortiraient au contact du noyau à 8 mais sans le tenir pour ne pas fragiliser l'ensemble au départ de l'avion. Vu le caractère technique de la chose, il nous fallu quelques sauts pour bénéficier du gain de temps apporté par l'utilisation de cette méthode relativement risquée. Sa mise en oeuvre lors de la première manche perturba la sérénité nécessaire à une équipe qui réalise sa première manche en compétition en même temps que son premier saut d'entraînement ... !

299371_386271454779257_97986252_n

Bref ! Une fois la sortie passée nous voulûmes aller un peu trop vite et attaquer un peu trop fort, dégradant ainsi la qualité de vol et donc des figures, si bien que le résultat de notre première manche fut médiocre compte tenu du potentiel de l'équipe. Tout naturellement, l'équipe de Milko pris l'avantage en marquant un point de plus que nous. Heureusement, notre stratégie de sortie fut récompensée en nous permettant de récupérer un 0,3 points de bonus puisque nous étions l'équipe ayant réalisé la première figure le plus rapidement.

283586_386271954779207_1220808088_nL'équipe Sore point en vol

L'équipe au posé faisait grise mine et chacun regardait honteusement le bout de ses boosters ... Et comme un malheur ne vient jamais seul, le vent se mit à monter très fort, annonçant une mise en "stand bye" d'une durée indéterminée. La crainte était que ce fusse pour toute la journée, faisant monter la frustration et bouillonner l'esprit de revanche. Consciencieusement nous réunîmes l'équipe pour débriefer et recadrer l'esprit de vol ainsi que mettre l'accent sur quelques points techniques. Nous fîmes se calmer quelques jeunes soldats à l'impétuosité bien française qui partirent à l'assaut de la première manche comme leurs ancêtres à la bataille de Crécy, c'est à dire bêtement tête baissée pour foncer dans le tas !

Search & desthrone au débriefing après un saut

La bataille fait rage

Après cette première déconvenue, il nous fallait rallier les troupes et redonner un souffle à notre élan. L'ordre était donné de voler plus "en contrôle" et de façon plus coordonnée. Le vent venait de baisser, donnant le signal de la revanche. La compétition put repartir de plus belle et nous donner l'occasion de nous refaire.

La sorties s'améliorèrent au cours des manches qui se déroulaient tout au long de la journée ainsi que la qualité de vol, nous permettant de rattraper notre retard de points sur Sore point qui s'avérait être un ennemi coriace et tenace. Victime d'un "décrochage" d'avion lors de la sortie de la deuxième manche, Milko et son équipe purent bénéficier d'un "rejump" (refaire la manche). Mais cette deuxième tentative fut fatale à l'un de ses coéquipiers qui heurta la porte en sortie, ce qui perturba le déroulement de la suite du saut des anglais qui furent pénalisés de deux fautes. Nous profitâmes bien évidemment de ce coup du sort. A la guerre comme à la guerre ! C'est ce que l'on appelle "phénomène d'attrition" qui peut servir un camp au détriment de l'autre ! La sortie fait partie intégrante du saut, avec les risques qui vont avec malheureusement.

581607_469342973088589_1248358333_nLa sortie de notre équipe

Nos sorties allant de mieux en mieux, nous nous payâmes le luxe, lors de la quatrième manche, de nous offrir le record de vitesse de construction de la première figure avec un temps qui restera dans les annales et comme le record du 16way Trophy : 8,34 secondes ! En moyenne les meilleures équipes mettent entre 12 et 15 secondes pour construire la première figure au sortir de l'avion. Nous bénéficiâmes donc du 0,3 point de bonus rajouté à notre score qui fut en nombre de points équivalent à celui de Sore point qui mit pourtant 6 secondes de plus à construire sa première figure, preuve que l'équipe de Milko est une équipe forte. C'est là que nous prîmes conscience que la bataille serait serrée. Damien et moi rappellâmes aux troupes que chaque seconde perdue, ou tout du moins mal optimisée, pouvait nous faire perdre un point. En effet, les figures sont grandes et les blocs très longs parfois. Il est rageant de voir un point non validé car tout juste construit en dehors du temps de jugement (50 secondes) imparti. Les briefings de notre équipe étaient alors réalisés avec minutie afin de pouvoir optimiser les moindres mouvements. Chacun s'y mettait avec ferveur, apportant sa contribution, son analyse, son sentiment. Le moindre détail compte. L'un des points clé à ce niveau est la gestion des signals de séparation entre chaque figure ou "Clé" dans notre jargon parachutiste.

Le team au briefing sur les planches

En effet, il faut s'imaginer à niveau au sein d'une équipe de 16 personnes en vol. La vue est obstruée par des jambes, des têtes, des bras. Il n'est pas toujours facile de savoir si la figure est bien complète et ainsi donner le signal pour passer à la figure suivante. A la lecture des vidéos il apparait que des figures sont parfois tenues trop longtemps, en tout cas pas lâchées assez vite ! C'est le rôle des "Keyman" de s'organiser afin d'optimiser ces temps de tenue de figure avec le risque latent de lâcher trop vite alors que la figure n'est pas complète, chose que les juges s'empresseront de pénaliser en ne comptant pas le point que donne la figure.

483034_386272141445855_663483032_n

La première journée de la compétition (le 24 septembre) se termina avec la cinquième manche de VR16 au cours de laquelle notre équipe, titrée la plus rapide lors de la quatrième manche, obtint cette fois ci le titre de l'équipe la plus lente ! Le mieux est l'ennemi du bien. Cette fois ci, la magie de notre sortie n'opéra pas. Deux super flotteurs en bas de porte coulèrent dès la sortie d'avion et ne réapparurent dans la figure où les attendaient les 14 autres que 20 secondes plus tard, laissant ainsi l'occasion à Milko et ses troupes de nous reprendre 1,3 points si durement acquis lors des manches précédentes ...

Juste avant la 6 ième manche ...

Le lendemain matin, il ne restait plus qu'une 6ième et dernière manche de Vol relatif à 16 à compléter avant d'aborder la partie "ludique" du 16way trophy, à savoir une manche de VR32 puis, pour clore la compétition, une manche de VR16 vitesse (construire une figure Etoile en un minimum de temps). Focalisés sur la compétition de VR16 uniquement, nous nous motivâmes pour battre définitivement l'équipe de Milko sur cette 6ième manche et ainsi remporter une victoire prestigieuse sur l'invincible anglais et son équipe Sore point. Une fois toutes les équipes posées, les juges s'affairèrent à départager toutes les équipes. A l'arrivée de la feuille des scores, tous les compétiteurs collèrent leur nez avec avidité sur cette pauvre cellulose qui n'avait rien demandée et qui reçut de plein fouet tout le brouhaha causé par ce grand émoi.

Notre score final sur la 6 ième manche nous emplit de joie car nous avions rempli notre contrat moral : battre Sore point et Milko sur son terrain. L'invaincu venait de plier un genou ! Et nous en étions fiers !

Mais la compétition n'était malheureusement pas terminée ... loin de là ! Dans le règlement du 16way Trophy, il est stipulé que la 7ième manche sera un saut à 32 où deux équipes seront appariées, pour le meilleur ... et pour le pire ! En effet, le règlement stipule que l'appariement se fera selon les résultats du classement. L'équipe première sera jointe à la dernière, la seconde à l'avant dernière et ainsi de suite.

Etait-ce une stratégie de la part de Milko de concéder un point lors de la 6 ième manche, nous laissant ainsi prendre la tête du classement, sachant que nous nous retrouverions à faire le saut à 32 avec la moins bonne équipe ? C'est possible ! Toute fois, si tel était le cas, le risque était grand pour lui car le vent était annoncé devant monter et mettre ainsi un terme à la compétition, nous déclarant vainqueurs ! Il est possible que Milko ait eu la certitude que le vent ne monterait pas, ce qui laissait le temps à l'organisation de faire partir cette fameuse manche de VR32. Milko et son équipe, appariée à l'équipe 7 ième au classement mais de bon niveau tout de même, était sur de réaliser un bon score qui serait doublé selon la règle. Nous, les héros de ce concours à 16 et fiers de détrôner enfin le maître des lieux, nous retrouvâmes associés à l'équipe la plus exotique de la compétition, la fameuse équipe "Mafia Latina" composée de parachutistes issus de quasiment tous les pays du continent sud américain, mais qui malheureusement ne marquèrent pas beaucoup de points lors des épreuves de VR16 ... Outre le plaisir de sauter avec des parachutistes d'un autre continent, et qui plus est de l'autre côté de l'équateur, nous connaissions le risque de perdre la compétition sur ce seul saut.

Des couleurs exotiques !

Sore point associée avec Inner Rhythm pour le VR32

Search & desthrone + Mafia latina !

VR32 ...

Et ce qui devait arriver arriva ... l'équipe de Milko, renforcée par l'équipe Inner rhythm, réalisa un superbe saut de VR32 à 5 points qui, doublés, firent 10 points ! Nous étions les témoins au sol de cette performance. Le challenge se révélait quasiment impossible à relever pour nos troupes. Et c'est alors qu'un souffle divin et salvateur se mit à secouer les voilures et les cîmes des arbres ... La Tramontane tant annoncée allait elle nous sauver ? La compétition fut mise en stand bye pour une heure afin de voir comment évoluait la force du vent qui était annoncé comme fort. Par moments, la force du vent laissait croire que l'on pouvait sauter bien que se montrant très turbulent car de secteur ouest. Les esprits commençaient à s'échauffer un peu. Milko n'y tenant plus, s'offrit de faire un saut test pour nous montrer que les conditions permettaient d'aller à la rencontre de notre fatalité ! Il restait deux équipes à 32 à passer, dont la nôtre. L'heure tournait et le temps s'égrainait imperturbablement vers l'échéance de fin de compétition, c'est à dire 15h. Nous aurions pu jouer la montre avec le vent. Mais le vent, qui d'habitude se renforce histoire de faire rager les paras (et je sais de quoi je parle !), décida de jouer contre nous et de se mettre du côté de l'anglois qui jubilait ... Vous l'aurez donc compris : le vent commença de mollir ! Il restait suffisamment de temps pour lancer les deux dernières équipes dans le ciel. Nous et nos alliés d'Amérique du sud refirent une dernière fois la répétition au sol pour un saut que nous espérions être le meilleur. Les Sud américains connaissaient l'enjeu ! Nous ne voulions pas leur mettre la pression, surtout pas ! Nous construisîmes un saut selon les aptitudes de chacun à reéaliser au mieux une meilleure performance de groupe. Le plan était parfait pour réussir. Et il suffit d'un petit grain de sable pour anéantir tous nos espoirs ! Le saut fut un échec et c'est ainsi que Milko put brandir à nouveau "son" Trophée ...

Petite leçon d'Histoire

C'est drôle comme l'histoire peut se répéter à différentes époques. La France et l'Angleterre ont toujours eu des terrains de jeux pour s'affronter comme deux frères ennemis et ce à toutes les époques. L'histoire que je viens de vous raconter me rappelle trop la façon dont s'est achevée la fameuse bataille de Waterloo ! Je me souviens qu'en guise de harangue envers mes troupes avant la compétion, et ce afin d'exciter leur haine guerrière nécessaire avant toute compétition, je rappelais à leur bon souvenir l'affront  de Waterloo et appelais à la revanche, leur disant que cette fois ils ne pourraient compter sur des prussiens pour les sortir d'affaire ! Et bien je me trompais ... A bien y regarder, on peut trouver quelques similitudes quant au déroulement de cette compétition de VR16 et la fameuse bataille que le vainqueur, le Duc de Wellington appela "Waterloo". Car en effet, sachez que la bataille fut très indécise et très dure pour chacun des deux camps pendant la majeure partie du temps avec néanmoins un ascendant côté français qui commençait à faire rompre les lignes anglaises en fin de journée et qui furent sauvées in extermis par l'intervention de Blücher et ses prussiens.

Transposons : Les français c'est nous. Wellington c'est Milko. Blücher c'est le VR32 et donc l'équipe de Inner Rhythm avec Pete Allum qui s'associa à celle de Milko comme dit plus haut ... Et ceux qui connaissent encore mieux leur Histoire me diront : "et qui joue le rôle de Grouchy?".

Grouchy est ce fameux Maréchal qui devait justement pourchasser les prussiens et ainsi empêcher ou tout du moins retarder leur arrivée sur notre aile droite et qui, aveuglément, ne marcha pas au son du canon afin de prendre part à la bataille et supporter l'assaut final qui faillit l'emporter si les prussiens n'étaient pas arrivés à temps ... Et bien, mesdames et messieurs, le Maréchal Grouchy c'est ... le vent ! Et oui ! Ce vent qui n'est jamais arrivé et qui nous aurait épargné ce fameux saut à 32 dont les règles sont désormais contestées par l'ensemble des compétiteurs qui conviennent qu'elles sont défavorables au futur vainqueur ...

Désormais, il semble que les équipes veulent s'affronter sur plus de manches de VR16 comme au cours de vraies compétitions internationales et transformer l'épreuve du VR32 en épreuve plus ludique et dont l'influence du résultat affecterait de moindre manière le résultat final.

C'est ainsi que Search & desthrone fut le grand perdant de cette histoire alors que tout les compétiteurs s'accordaient à dire que l'équipe venait d'infliger une belle défaite de VR16 au maitre absolu de cette compétition en Espagne.

Milko, très bon "gagnant" sur le podium, m'adressa un salut poli et avoua sa défaite sur les épreuves de VR16, épreuves pour lesquelles nous avions fait le déplacement en oubliant cette épreuve de VR32 qui n'a pas souvent eu lieu. Mais c'est à lui que fut remis le trophée en fin de compte et qui inscrivit encore une fois son nom sur les plaques avec ceux de ses équipiers ... C'est la dure loi de la compétition. Il faut accepter les règles telles qu'elles ont été annoncées malheureusement. Mais pour beaucoup, Search & desthrone restera l'équipe qui aura mal menée et vaincu le célèbre Ian Hodgkinson alias "Milko" et son équipe Sore point. Qu'on se le dise !

Le rendez-vous est déjà donné pour l'an prochain entre nos deux équipes pour un ultime duel sous le soleil d'Espagne ... et sans vent !

603808_386271731445896_447742393_n

Search & desthrone

155189_386271584779244_466572501_nSearch & desthrone en "in &out" parfait.

 

Martial Ferré

Copryrights Véloce parachutisme / septembre 2012

sponsored by